Golf Sud «Béva Beauté» : la propriété du salon de massage arrêtée pour chantage et menaces de diffusion de données personnelles

Le salon de massage «Béva Beauté» sis à Golf Sud a été fermé pour sextorsion. La propriétaire a été arrêtée et déférée au parquet.

Les faits ? D’après le récit du journal EnQuête qui donne la nouvelle, G. S., commerçant de son état, voulait avoir des moments d’intimité dans un salon de massage.

On lui propose alors de faire un tour à Golf Sud, plus précisément au salon «Béva Beauté».

Il appelle la patronne du salon, âgée de 24 ans, qui lui fait comprendre qu’elle va lui faire vivre les moments les plus inoubliables de sa vie, quand il viendra les visiter.

La discussion entre les deux s’est rapidement muée en «sex call». Rendez-vous, G. S. se rend au salon. Une fois sur place, il n’y a eu point de massage.

À la place d’un massage, après qu’il a été déshabillé, il a eu droit à de torrides séances de fellation et d’attouchements sexuels.

À un moment donné, le téléphone du commerçant sonne. Alors qu’il répondait à l’appel, la patronne du salon en profite pour le filmer à son insu.

Après qu’il est rentré chez lui, Mlle Cissé le joint au téléphone pour lui dire qu’elle l’a filmé nu et lui envoie, eb guise de preuve, plusieurs vidéos où il est dans le plus simple appareil.

Le commerçant lui demande le prix des vidéos. La dame lui répond que c’est un million Fcfa et qu’elle n’hésitera pas, s’il tarde à s’exécuter, à les filer à Adamo Boss (un Sénégalais installé en Italie et qui fait des lives Instagram spécialisés sur les frasques people).

Paniqué, le commerçant lui envoie dare-dare 400 000 Fcfa. L’appétit venant en mangeant, la dame rappelle à G. S. le reliquat et lui réclame un téléphone iPhone 11 Pro Max. Il s’exécute sans tarder et commet un livreur qui le remet à la patronne du salon.

Après avoir raconté sa mésaventure à un ami, ce dernier lui conseiller de porter plainte. Il se rend à la Division spéciale de la cyber-sécurité.

Suite aux investigations, la dame sera arrêtée pour chantage et menaces de diffusion de données personnelles.

Source SENEWEB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *