Urgent déclaration de Serigne Abdu Samad Mbacke Souhaibou sur l’affaire du policier radié

AU-DELÀ DE L’ACTUALITÉ, SERIGNE TOUBA

L’information que tu parles et qui défraie l’actualité me fait penser les deux rakas de Serigne Touba en 1895 au niveau du palais du Gouverneur Général de l’AOF. C’était dans la salle d’attente qu’il avait prié deux rakas dans lesquels il avait récités les sourates la Vache et ‘Imran. Les deux rakas ont duré plus de 45 minutes. Certains pouvaient penser que c’était de la provocation. Mais ce n’était nullement la démarche de Serigne Touba. C’était juste une coutume ancrée en lui. Dès qu’il pénétrait un lieu, la première chose qu’il faisait, c’était d’y prier deux rakas. Il les faisait partout où il mettait les pieds. C’est pour cette raison lorsqu’il entra dans la salle d’attente, la première chose qu’il fit c’était d’y prier deux rakas. Pendant ce moment, il y avait des soldats originaires de Saint-Louis qui veillaient à sa sécurité et celle du lieu. Mais il y’en avait certains que la prière avait étonné au point qu’elle a fini par réveiller des sentiments dans leurs coeurs. Ils n’avaient jamais vu un homme aussi audacieux que Serigne Touba. Car pour eux si c’était un autre homme, il aurait chercher la sympathie du Gouverneur Général mais il ne ferait jamais une chose qui pouvait l’irriter. En le regardant prier avec un tel recueillement, certains parmi eux ont fini par se joindre à lui. En ce moment, ils ne pensaient pas qu’ils étaient des soldats dévoués au Gouverneur Général. En priant derrière lui, ils avaient dépassé le niveau de s’agenouiller devant lui. Lorsque le Gouverneur a constaté l’acte des soldats, il était très remonté. Après la fin de la prière, le Conseil Privé n’a rien pu faire si ce n’est de chercher comment se débarrasser de Serigne Touba. Même les soldats, ils n’ont pas été sanctionné malgré la gravité de leur acte.

Cher parent, si tu compares l’actualité qui défraie la chronique et l’autorité coloniale, penses-tu que l’autorité actuelle est plus puissante que l’autorité coloniale ? Cette dernière était plus puissante et plus dangereuse. Pourtant, elle n’a pu empêcher Serigne Touba de pratiquer sa religion et elle n’a pas pu aussi entraver les disciples mourides de mettre en pratique leur foi.

Malgré la puissance de feu de l’autorité coloniale, Serigne Touba est sorti indemne de toutes les épreuves. C’est pour cette raison que je te dis faisons confiance à Serigne Touba. Il va dérouler son plan comme il l’avait projeté sans que personne ne puisse s’y opposer.

Serigne Abdou Samad Mbacké Souhaybou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *